synopsis

moebius-def-02

Perfectiøn est un spectacle construit en trois parties singulières mais interdépendantes.

    Première partie

   “Préambule”  / La mise en place de l’équipement et l’animation de l’origami

 Durée estimée : 15 minutes

Câbles électriques, processeurs, routeurs, contrôleurs d’interface, moteurs DMX, matériel de projection, caméra 3D, microphones, projecteurs, programmes, interface, souris, tapis de souris… Tout doit être montré, mis en place, raccordé et allumé devant le public : sinon, tout cela ne serait qu’illusion. La connaissance de cette symbolique technologique, d’où sont issues l’expression esthétique et la narration dramatique, est dans ce cas essentielle pour produire du sens.

Deuxième partie

  • “Métamorphose de l’homme postindustriel” / La performance de Bud derrière l’origami avec projection frontale sur ce même origami

Durée estimée : 15 minutes

Progressivement, l’homme se libère de son carcan pour évoluer vers un état naturel et effectuer un retour à ses sources. La déclinaison des archétypes universels est prépondérante dans cette deuxième partie. Au sein de notre mémoire génétique existe une connaissance des éléments dont nous sommes faits et desquels nous sommes issus. Cette recherche de notre essence originelle marquera cette deuxième partie. À la fin, le danseur sera changé en minéral. Il habitera les steppes, la forêt, pour toujours. Il mangera des feuilles, des racines, et se vêtira de fibres issues de graines. Il respirera l’oxygène produit par les plantes et le soleil. Les éléments de cette Terre seront ses talismans.

Troisième partie

  • “Le voile se lève” / La performance de Bud dans l’Univers virtuel avec projection au sol et projection sur le fond

Durée estimée : 35 minutes

L’écran en origami flotte en l’air comme un nuage et plane au-dessus du corps, répondant à chacun de ses mouvements, telle une marionnette géante, irréelle. Avec cet improbable duo géant s’éclairent tous les éléments de contrôle cybernétique. L’écran volant devient fond de scène sur lequel sera projeté le corps du danseur. C’est le danseur et ses déplacements qui génèreront l’univers dans lequel il est immergé.

 

Perfectiøn is a show composed of three separate but interdependent parts.

Part I: Preamble

Electric wires, processors, routers, interface controllers, DMX motors, projection equipment, 3D camera, microphones, projectors, programmes, interfaces, mice, and mouse pads: Everything must be shown, set up, connected, and switched on before the audience. Otherwise, all that will be nothing but illusion. Knowledge of the technological symbolism from which aesthetic expression and dramatic narration stem is vital in this case to produce meaning.

Part II: Metamorphosis of postindustrial man

Man gradually breaks free of his chains to evolve towards a natural state and go back to his roots. The picture gallery of universal archetypes is preponderant in this second part. Knowledge of the elements of which we are made and from which we come exist in our genetic memory. This search for our original essence will mark this second part. At the end, the dancer will become mineral. He will inhabit the steppes and the forest forever. He will eat leaves and roots and clothe himself in plant fibres. He will breath the oxygen that is produced by plants and the sun. The elements of this Earth will be his talismans.

Part III: The veil is lifted

The origami screen floats in the air like a cloud and hovers above the body, reacting to each of its movements like an unreal, giant marionnette. All the elements of cybernetic control that the dancer wields remotely are lit up in.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.